La nature nous procure les notions de base de la vie : les systèmes biologiques purifient l’air et l’eau et offrent de la nourriture. Les écosystèmes naturels soutiennent également l’activité économique.

Les questions environnementales sont toujours au coeur des décisions et des actions de la Ville de Richelieu. La Ville a notamment participé à la construction du Centre d’interprétation des énergies renouvelables et fait désormais partie du Circuit électrique d’Hydro-Québec. Nous sommes également engagés dans un processus de transformation de l’éclairage public aux lumières DEL, incluant l’utilisation de panneaux solaires dans les endroits stratégiques. Ce ne sont là que quelques exemples des nombreuses actions posées par la Ville de Richelieu pour protéger notre environnement.

ARGILE DU FRÊNE (haut de la page)

Nos analyses ont malheureusement confirmé la présence de l’agrile du frêne sur le territoire de Richelieu.

C’est pourquoi nous avons élaboré, dès 2015, un Plan d’action municipal de lutte à l’agrile du frêne.

L’effort de chacun de nous est nécessaire pour ralentir la progression de cette espèce envahissante qui ravage nos arbres. Nous vous recommandons de faire l’inventaire des frênes sur votre terrain et de vérifier leur état de santé. Voici quelques trucs pour :

Votre arbre est-il un frêne ? (haut de la page)

Branches Les branches et les feuilles des frênes poussent de façon opposée. Attention, les érables possèdent également cette caractéristique.
Feuilles Entre 5 et 11 folioles composent les feuilles du frêne, qui sont dentées ou non. Elles sont généralement longues de 5 à 15 cm et elles jaunissent parmi les premières à l’automne.  agrile2
Écorce L’écorce est crevassée en forme de losanges (frêne blanc et frêne rouge). Ces crevasses sont dominantes et leurs crêtes ont la texture du liège. Elles s’entrecroisent et deviennent écailleuses avec l’âge (frêne noir).  agrile3
Fruits Les fruits du frêne sont appelés samares (en forme de pagaie).  agrile1
Taille Les frênes sont de 15 à 20 mètres de hauteur et de forme variable.
Attention de ne pas confondre avec un sorbier

Votre frêne est-il atteint ? (haut de la page)

Vous voulez savoir si votre frêne est affecté ? Consultez la liste des symptômes sur le site de l’Agence canadienne de l’inspection des aliments à l’adresse suivante. Si le doute persiste, n’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel pour avoir le bon diagnostic.

agrile6agrile5

Pour plus d’information :

Abattre votre arbre lorsqu’il est atteint (haut de la page)

Si vous avez un frêne qui doit être abattu, il est très important de demander votre permis d’abattage et de vous assurer de vous départir de votre arbre en respectant les bonnes méthodes.

  1. Les frênes doivent être abattus ou élagués entre le 1er octobre et le 15 mars.
  2. Les branches de moins de 20 cm de diamètre doivent être déchiquetées sur place par l’entrepreneur qui réalise les travaux. Les résidus issus de ce déchiquetage ne doivent pas excéder 2,5 cm sur au moins deux de leurs faces;
  3. Les branches ou les parties de tronc de 20 cm et plus de diamètre doivent être déposées dans un des sites de dépôt autorisé.
  4. Sauf pour les copeaux déchiquetés, il est interdit de transporter le bois de frêne à l’intérieur des limites du territoire de la municipalité entre la période prévue du 15 mars au 1er octobre de chaque année.
  5. Pour chaque frêne abattu, replantez un arbre d’au moins 2 m parmi les essences permises dans notre règlement.

Notre service d’urbanisme pourra vous renseigner à ce sujet. Contactez-le.

Liste des essences d’arbres qui peuvent être replantés à la suite de l’abattage de votre frêne.

Traiter, c’est possible (haut de la page)

L’arbre peut être traité par un insecticide, le TreeAzin™. Si l’arbre est gravement endommagé par l’agrile sur plus de 30 %, il pourrait être recommandé de l’abattre et de le déchiqueter.
Le TreeAzin™ offre plusieurs avantages :

  1. Le TreeAzin™ est produit à partir d’un composé d’origine naturelle, l’azadirachtine, extrait desgraines d’un arbre appelé Azadirachta indica (aussi appelé margousier ou neem) et dont les propriétés insecticides sont connues et utilisées depuis des siècles.
  2. Le TreeAzin™ est un insecticide systémique à faible impact environnemental sans danger pour la santé humaine ou animale et qui protège les arbres contre une grande variété de ravageurs nuisibles, dont l’agrile du frêne. Les abeilles y seraient par contre sensibles.
  3. Le TreeAzin™ est le seul biopesticide homologué par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada pour le traitement de l’agrile du frêne au Québec et en Ontario (homologation n° 28929). Il est également homologué comme bio-insecticide par l’EPA (Environmental Protection Agency) aux États-Unis et est aussi approuvé par l’Organic Materials Review Institute (OMRI), ce qui permet son utilisation dans les cultures certifiées biologiques.
  4. Les essais en laboratoire et sur le terrain ont démontré l’efficacité du TreeAzin™ sur une période de deux ans. C’est pourquoi il faut répéter le traitement aux 2 ans durant une période de 10 ans. Les entrepreneurs établissent leur prix en fonction du diamètre à hauteur de poitrine (dhp).
  5. Puisque le TreeAzin™ est un biopesticide homologué, il peut être utilisé à Richelieu sans autorisation lorsque les instructions du fabricant sont respectées.

L’impact du TreeAzin™ sur l’agrile du frêne :

  1. Le TreeAzin™ agit sur la larve de l’agrile du frêne tel un régulateur de croissance, en empêchant les larves de compléter leur cycle de vie.
  2. Le TreeAzin™ agit sur la fécondité et la fertilité des insectes femelles nourris des feuilles des frênes ayant reçu le traitement. Il réduit également la viabilité des œufs.
  3. Seules des personnes qualifiées (arboriculteurs et élagueurs formés) peuvent procéder aux injections. Consultez le site Internet de Bioforest pour obtenir tous les détails sur le produit TreeAzin™.

AVIS À TOUS LES RÉSIDENTS – Zone réglementée pour l’agrile du frêne

(Arrêté ministériel agrile.pdf – 8 Ko)
(Lieu réglementé par arrêté ministériel.pdf – 75 Ko)

Communiqué : L’ACIA PREND DES MESURES RÉGLEMENTAIRES POUR RALENTIR LA PROPAGATION DE L’AGRILE DU FRÊNE
(Communiqué agrile.pdf – 27 Ko)

Agrile du frêne – QUESTIONS ET RÉPONSES (Questions agrile.pdf – 63 Ko)

Lieux réglementés par des arrêtés ministériels

 

BANDE RIVERAINE (haut de la page)

Je protège mon héritage… Je végétalise ma bande riveraine!

Découvrez comment agir!

Répertoire des végétaux recommandés pour la végétalisation des bandes riveraines du Québec

Pour plus de renseignements, voici des liens utiles :

www.fihoq.qc.ca
www.aqpp.org

JARDINS COMESTIBLES (haut de la page)

Le projet De l’entretien durable aux paysages CO2mestibles vise à sensibiliser sur l’entretien durable des espaces verts et à démontrer une nouvelle façon de transformer un terrain gazonné en un jardin paysager écologiquement viable et nourricier. Le projet se déroule en Montérégie-Est dans sept municipalités, dont Richelieu.

Les 8 actions de l’entretien durable

  1. En tant qu’écosystème, votre pelouse a besoin d’une certaine diversité afin d’être naturellement équilibrée. Chaque élément a son rôle à jouer. Plus l’équilibre naturel est respecté, plus votre terrain sera facile d’entretien.
  2. Un gazon bien enraciné et adapté à nos besoins ne devrait pas nécessiter d’arrosage. Avec un bon choix de semences et de bonnes méthodes d’entretien, la pluie suffira à combler les besoins en eau du gazon. Une pelouse saine au sol riche peut facilement se passer d’eau pendant plus de deux semaines. Une pelouse qui devient jaune en période de sécheresse ne meurt pas, elle entre en dormance pour se protéger, plus particulièrement le pâturin du Kentucky. L’arrosage est alors inefficace. C’est le retour de la pluie qui lui redonnera vie. Au contraire, les arrosages fréquents ne favorisant pas l’enracinement en profondeur de la pelouse, elle demandera encore plus d’eau.
  3. Il peut être tentant d’utiliser des fertilisants chimiques pour avoir une belle pelouse. Cependant, il faut savoir que le gazon bien entretenu peut se suffire à lui-même, ou presque. N’oublions pas qu’il s’agit d’un écosystème. Il suffit de pratiquer l’herbicyclage, d’y appliquer une mince couche de compost une ou deux fois l’an et le tour est presque joué. Pour que votre expérience d’herbicyclage soit positive, respectez ces quelques règles :
    1. Ne pas tailler plus du tiers de la longueur des brins d’herbe.
    2. Tailler l’herbe lorsqu’elle est sèche.
    3. S’assurer que la coupe est nette, sinon il faut affûter les lames.
    4. Utiliser un appareil de tonte équipé de lames déchiqueteuses.
    5. Maintenir la hauteur de tonte entre 8 et 10 cm l’été.
  4. Conserver sa pelouse entre 8 et 10 cm est avantageux :
    1. Écosystème plus équilibré.
    2. Meilleure conservation de l’eau et de l’humidité.
    3. Diminution de l’évaporation.
    4. Inhibition de la croissance des herbes non désirées.
    5. Plus d’ombrage au sol.
    6. Enracinement plus profond.
    7. Augmentation de la densité.
  5. Une pelouse écologique demande tout de même un bon équipement pour son entretien. Les appareils à essence sont principalement responsables des émissions de gaz à effet de serre et de particules fines lors de l’entretien des pelouses. Désormais, il existe plusieurs modèles de tondeuses et de taille-bordures plus écologiques à privilégier.
  6. Quand le bout des brins d’herbe a tendance à blanchir après une tonte, prenez quelques brins et observez-en l’extrémité. Si le bout est dentelé ou effiloché, il est grand temps d’affûter la lame de la tondeuse. En effet, les brins d’herbe effilochés sont une porte d’entrée pour les maladies. Vous pouvez évidemment faire effectuer le travail par un spécialiste ou le faire vous-même. Il suffit d’avoir les bons outils.
  7. Pour plusieurs personnes, la tonte de la pelouse représente une corvée hebdomadaire. À tel point qu’elles se demandent quel est l’intérêt d’avoir recours au gazon? Il existe pourtant de nombreuses options pour diminuer la surface gazonnée de son terrain. En aménageant des plates-bandes et en installant un potager ou un jardin d’eau, vous réduirez d’autant la corvée de la tonte. Sans oublier que votre jardin y gagnera en beauté et en diversité.
  8. Les aménagements paysagers comestibles permettent une réduction directe des surfaces gazonnées en plus de l’implantation de plates-bandes nécessitant beaucoup moins d’entretien et d’arrosage par l’utilisation de paillis végétal (copeaux, feuilles mortes, paille, etc.) et d’espèces vivaces. Le concept est inusité puisqu’il intègre des plantes vivaces qui sont toutes utiles et comestibles (ex. fines herbes diverses, fleurs comestibles, petits fruits, arbres fruitiers, etc.). L’aménagement peut aussi intégrer des plantes potagères annuelles (tomates, poivrons, courges, haricots, etc.). Le paysage comestible peut utiliser des ressources renouvelables pour limiter l’entretien nécessaire (papier journal, carton, paillis, etc.).

Entretien durable aux paysages CO2mestibles

Table des matières – cartable

Fiches des végétaux

Fiche des végétaux à Richelieu

Votre paysage CO2mestible en photos

Pendant les travaux… Après les travaux!

Plan de plantation

Parc Michel Chartrand – Plan

USAGE DE L’EAU (haut de la page)

Au Québec, chaque personne consomme en moyenne 386 litres par jour! Cela représente beaucoup d’eau potable dont une grande partie est souvent gaspillée et retournée directement aux égouts.

15 conseils pour réduire votre consommation d’eau :

  1. Mettre un dispositif dans le réservoir de votre toilette pour réduire la quantité d’eau.
  2. Fixer un aérateur à débit réduit sur les robinets.
  3. Installer une pomme de douche certifiée WaterSense.
  4. Limiter la durée de la douche à 5 minutes.
  5. Ne pas trop rincer la vaisselle avant de la mettre au lave-vaisselle.
  6. Remplir le lave-vaisselle à pleine capacité avant de le mettre en marche.
  7. Rincer au minimum les articles avant de les mettre au recyclage.
  8. Fermer le robinet pour ne pas que l’eau coule inutilement lorsqu’on se brosse les dents.
  9. Vérifier s’il y a des fuites d’eau sur vos robinets, sur vos toilettes ou sur vos boyaux d’arrosage et les réparer s’il y a lieu.
  10. Utiliser un balai plutôt que le boyau d’arrosage pour nettoyer l’entrée.
  11. Aménager des aires naturelles, plates-bandes et jardins sur votre propriété pour aider à réduire le ruissellement et à augmenter l’eau souterraine.
  12. Prévoir beaucoup d’arbres dans l’aménagement paysager de votre propriété.
  13. Pailler les plates-bandes et potagers et le pourtour des arbres.
  14. Récupérer l’eau de pluie pour arroser les plantes
  15. Laver votre voiture à l’aide d’une éponge et d’un seau.

L’arrosage à Richelieu

L’utilisation de l’eau en provenance de l’aqueduc municipal pour fins d’arrosage des jardins, fleurs, arbres, arbustes et autres végétaux est permise à la condition de n’utiliser que l’eau strictement nécessaire à cette fin.

Période d’arrosage
Il est permis d’arroser les pelouses durant la période estivale, soit :

 

  • Du 1er mai au 1er septembre entre 19 h et 22 h;
  • De 3 h à 6 h pour les arrosages automatisés;
  • Lundi, mercredi et vendredi pour les occupants dont le numéro civique est un nombre pair;
  • Dimanche, mardi, jeudi pour les occupants dont le numéro civique est un nombre impair;
  • Le samedi, il n’y a pas de restriction.

Comment arroser de façon responsable

Voici quelques idées pour arroser sans gaspiller l’eau

 

  • N’arrosez pas votre pelouse, à moins qu’elle ne soit fraîchement posée ou semée. Une pelouse qui manque d’eau entrera en « dormance estivale ». Dès que la pluie revient, la pelouse reverdit.
  • Évitez les gicleurs, les arroseurs et autres accessoires qui lancent l’eau dans l’air : jusqu’à 75 % de l’eau est alors perdue à l’évaporation avant même d’atteindre les plantes.
  • Utilisez un boyau suintant ou un système d’irrigation goutte à goutte : les pertes de l’eau à l’évaporation sont alors quasi nulles.
  • * Développer des habitudes responsables de consommation de l’eau potable, un geste concret pour notre environnement!

Autorisation pour nouvelle pelouse

Un citoyen qui installe une nouvelle pelouse peut, lorsqu’il en a préalablement avisé l’inspectrice municipale de la Ville, procéder à l’arrosage de celle-ci tous les jours entre 19 h et minuit, pendant une durée de 15 jours consécutifs après le début des travaux d’ensemencement du gazon ou de pose de la tourbe.

Protection de l’eau en cas de pénurie

Lorsqu’une pénurie d’eau a lieu ou est appréhendée en raison d’une sécheresse, en cas d’urgence, de bris majeur de conduites d’aqueduc ou de toute autre cause, l’utilisation de l’eau en provenance de l’aqueduc municipal pour fins d’arrosage des pelouses, jardins, fleurs, arbres, arbustes et autres végétaux, de lavage des autos et de remplissage des piscines et réservoirs est interdite ou peut être autrement restreinte tant que dure le risque de pénurie.

Un avis public doit être émis indiquant la période d’interdiction ou de restriction le cas échéant.

Durant cette période d’interdiction ou de restriction, il est défendu d’utiliser l’eau en provenance de l’aqueduc municipal en contravention avec les modalités énoncées par l’avis.

Sources :

Les Verts contre-attaquent, Télé-Québec

et

Waterfacts, no 4, mai 2000. Ville de Guelph; et
Water Quality Review, no 1, 1993.
Partenaires en matière de qualité de l’eau d’Ottawa-Carleton

MILIEUX HUMIDES (haut de la page)

La Ville de Richelieu a mandaté le Groupe Hémisphères pour effectuer un inventaire de ses milieux humides. Les travaux ont été réalisés lors du mois de juillet 2016 et ont été présentés au conseil municipal dans un rapport, le 15 novembre 2016.

Tel que demandé lors de la consultation publique sur les milieux humides du jeudi 2 mars 2017, tenue au chalet du parc Florence-Viens (900 rue des Oblats), ce rapport est maintenant disponible pour ses citoyennes et citoyens. Pour consulter ce document, cliquez sur l’image de sa page couverture ci-dessous.

Plan conservation milieux humides Ville de Richelieu 15 nov 2016 page couverture-page-001