10320514_710971765640366_168716760790204564_nConsultez notre circuit patrimonial en ligne >>

Richelieu est une ville dans la municipalité régionale de comté de Rouville au Québec (Canada), située dans la région administrative de la Montérégie. Son nom vient du fait qu’elle est collée sur la rivière Richelieu. Elle est traversée par la route 112, l’autoroute 10 et le chemin des Patriotes. Elle est peuplée de 5 502 habitants en 2014. Elle se définit comme « Une ville pour la famille ».

Le territoire des municipalités de Richelieu et de Notre-Dame-de-Bonsecours faisait partie de la seigneurie octroyée à Jacques de Chambly en 1672, puis aux seigneurs Hertel, Grant, de Salaberry et Yule. Le pont qui traverse la rivière entre Richelieu et Chambly porte le nom de « Pont Yule » en l’honneur de John Yule, le dernier seigneur de Chambly (1812-1886).

La seigneurie de Chambly-Est comprenait quatre fiefs : Jenison, des Rouville, des Pauvres, et le fief Beaulac. Ce dernier couvrait les territoires de Richelieu et de Notre-Dame-de-Bonsecours.

En 1855, un an après l’abolition du régime seigneurial par l’assemblée législative, les habitants amorcent des démarches pour fonder nos deux municipalités. Ils poursuivront ainsi le désir que certains fermiers avaient manifesté, dès 1815, jugeant que le trajet pour se rendre à l’église de Saint-Mathias était trop difficile, surtout au printemps et à l’automne.

Le village de Richelieu a été érigé en municipalité le 1er janvier 1869, en vertu de l’Acte 23, Vict. chap. 61. Il prendra le nom de la rivière qui coule le long de son territoire. La municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours a été érigée en vertu du même acte le 15 février 1869. Elle prendra le nom de la paroisse dont le décret d’érection canonique date du 5 septembre 1868.

Le territoire actuel de la paroisse Notre-Dame-de-Bonsecours a été détaché des paroisses de Sainte-Marie-de-Monnoir et de Saint-Mathias. John Yule avait offert, en 1854, quatre arpents de son terrain afin de construire l’église.

En juillet 1899, la centrale hydroélectrique, dont on voit encore quelques vestiges, entre en production. Une ligne de 27 km relie la centrale à Montréal et la tension de 12 500 volts est tout un exploit pour l’époque. La centrale sera démolie en 1965.

L’hôtel de ville actuel, construit en 1958, reçoit les assemblées du conseil qui, autrefois, se tenaient à la station de chemin de fer, à la salle des Forestiers catholiques, à la sacristie ou à la vieille école. La caserne des pompiers a été inaugurée en 1967.

En 1969, à l’occasion de son centenaire, le village de Richelieu a reçu ses lettres patentes lui conférant le statut de ville. Cette année-là a aussi consacré le jumelage de notre municipalité avec la ville de Richelieu en France, laquelle a été construite en 1631, grâce à la volonté du Cardinal de Richelieu, premier ministre de la France sous Louis XIII, selon un plan d’urbanisme resté intact jusqu’à nos jours. Le parc Fortier a été nommé ainsi en l’honneur de Marcel Fortier, maire de Richelieu, France.

Le 15 mars 2000, la ville de Richelieu et la municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours ont fusionné pour créer une nouvelle ville, la ville de Richelieu. Chronique saisonnière.

Le vieux pont de bois
« En 1841, un ingénieur montréalais, Charles Atherton, soumet à l’Assemblée législative les plans d’un pont suspendu sur câbles d’acier, qui permettrait de franchir la rivière à la hauteur de Chambly. John Yule, alors député du comté de Chambly (1841-1843) n’est pas d’accord avec ce projet. Étant propriétaire d’un moulin à scie, il propose plutôt de construire le pont en bois selon un plan américain. Le gouvernement opte pour cette suggestion.

Les travaux débutent au printemps 1846 et le pont Yule est inauguré le premier décembre 1847. »

Photos de la Ville de Richelieu

GarageBARichelieu1930.jpg

Garage B.A. Richelieu – (photo de Carole Frenière)

PhotoRichelieu-RestaurantAdrienFreniere1

Restaurant Adrien Frenière – (photo de Carole Frenière)

Des gens de chez nous

Simonne Monet-Chartrand – Épouse de Michel Chartrand, elle a marqué la condition féminine au Québec.
(Simonne Monet-Chartrand.pdf – 19 Ko)

Le père Jacques Gilbert – Apôtre légendaire, il a traversé le temps avec intrépidité, dans une carrière prodigieuse d’évangélisateur et bâtisseur de chrétientés. (Le père Jacques Gilbert.pdf -101 Ko)

L’histoire de nos noms

Quelques noms de rues

Place Mark-Bourque
Ce nom rappelle le souvenir de Mark Bourque (1948-2005). Ancien citoyen de Richelieu et policier à la retraite de la Gendarmerie royale du Canada, il est décédé en décembre 2005 lors d’une mission de maintien de la paix de l’ONU en Haïti.

Place Rouville-Tessier
Ce nom rappelle le souvenir de Rouville Tessier, né en 1922, qui fut conseiller municipal (1956-1964), maire (1967-1973 et 1975-1981), préfet de comté et commissaire d’école.

Rue Lareau
Patronyme local identifiant une voie localisée dans le secteur de l’ancienne municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours, avant sa fusion avec Richelieu.

Rue Raphaël-Barré
Ce nom rappelle le souvenir de Raphaël Barré, qui fut maire de Richelieu de 1895 à 1898.

Parcs et espaces verts

  1. Parc Michel-Chartrand
  2. Michel Chartrand est considéré comme un ambassadeur de la justice sociale au Québec et comme l’une des figures de proue du syndicalisme québécois. Il était marié à la syndicaliste et écrivaine féministe Simonne Monet-Chartrand.
  3. Parc Bruno-Roy
  4. Le nom de ce parc, situé sur la rue Théberge, rappelle le souvenir de Bruno Roy, adolescent de Richelieu décédé à l’école secondaire Monseigneur-Euclide-Théberge de Marieville à la suite d’un accident de trampoline.
  5. Parc de l’Étang
  6. Le nom de ce parc, situé sur la rue Martel, rappelle qu’un grand étang s’y trouvait auparavant.
  7. Parc de la Gare
  8. Ce parc est situé à l’emplacement même de l’ancienne gare.
  9. Parc Fortier
  10. Le nom de ce parc, situé sur la 1re Rue, rappelle le souvenir de Marcel Fortier, ancien maire de Richelieu en France.
  11. Parc Maurice-Berthiaume
  12. Le nom de ce parc, situé à l’angle des rues Panet et Raphaël-Barré, rappelle le souvenir de Maurice Berthiaume, pompier décédé lors du sauvetage d’une personne.
  13. Refuge faunique Pierre-Étienne-Fortin
  14. Refuge faunique que la Société de la faune et des parcs a fait établir pour protéger l’habitat d’un poisson exclusif au Québec : le chevalier cuivré. Le refuge faunique est situé dans les îles Saint-Jean, aux rapides de Chambly. Son territoire est partagé entre la Ville de Richelieu, celle de Chambly et Saint-Mathias-sur-Richelieu. Pierre-Étienne Fortin, Verchères, 1823 – La Prairie, 1888) a fait carrière principalement en médecine, en ichtyologie et en politique. Ayant contracté le typhus, à la Grosse Île, lors de l’épidémie de 1847-1848, il abandonne la médecine. En 1849, il commande un escadron de cavalerie lors des émeutes à Montréal. De 1852 à 1867, il assure l’application des lois sur les pêcheries le long des côtes du Bas-Saint-Laurent et du golfe du Saint-Laurent, à titre de surintendant des pêcheries. C’est à cette époque qu’il contribue à faire dresser un inventaire de la faune marine du golfe. À compter de 1867 et jusqu’à sa mort, il mène une carrière politique comme député à la Chambre des Communes, à Ottawa, et à l’Assemblée législative de Québec, puis comme sénateur représentant la division de Kennebec. De février 1873 à septembre 1874, il exerce le mandat de commissaire des Terres de la Couronne dans le cabinet québécois de Gédéon Ouimet. En 1878 et 1879, il agit à titre de cofondateur de la Société de géographie de Québec. Son engagement personnel et son œuvre scientifique considérable en font l’un des grands naturalistes du Québec. Le refuge faunique a été créé par l’arrêté ministériel 2002-019 du ministre responsable de la Faune et des Parcs, en date du 10 octobre 2002.
  15. Îles Saint-Jean
  16. Les îles Saint-Jean sont situées dans la rivière Richelieu, tout juste en aval des rapides de Chambly, dans le bassin de Chambly. Presque toutes sont comprises dans les limites de la ville de Richelieu, en Montérégie. L’utilisation du nom «Îles Saint-Jean» est ancienne. On retrouve «Islet St. Jean» sur la carte de la province du Bas-Canada de 1815, dessinée par Joseph Bouchette, arpenteur général du Bas-Canada, de même que «Îlots Saint-Jean» dans la Description topographique de la province du Bas-Canada (1815) de Bouchette également.

Cours d’eau

  1. Rivière Richelieu
  2. La rivière Richelieu borde la limite ouest de la ville de Richelieu. Autrefois appelée Masoliantekw, qui signifie « eau où il y a beaucoup de nourriture » en abénaqui, appelé rivière aux Iroquois au début de la colonie, son nom français lui vient du nom du cardinal de Richelieu (1585-1642), ministre de Louis XIII.
  3. Ruisseau Cordon Savane
  4. Ce cours d’eau se jette dans le Richelieu en face de l’Île Sainte-Marie, en Montérégie. Il draine les terres du rang du Cordon. Son nom fait référence aux anciennes limites des seigneuries de Monnoir et de Chambly-Est. En effet, le terme cadastral «cordon», selon le Glossaire du parler français au Canada, se définit comme «une ligne de séparation, une ligne de front ou bout d’une terre». Le terme «Savane», de son côté, rappelle possiblement un ancien terrain marécageux, dans la langue franco-québécoise du terroir.
  5. Ruisseau du Trait Carré
  6. Les eaux de ce ruisseau, situé dans la ville de Richelieu, en Montérégie, se jettent dans la rivière Richelieu, en face de l’île Sainte-Marie. Ce nom est inspiré de la terminologie du cadastre. Le terme trait-carré se définit comme étant une ligne qui établit la limite entre deux terres. Ce mot est aussi orthographié «trécarré» ou «tré-carré», variantes relevées dans le Dictionnaire nord-américain de la langue française de Louis-Alexandre Bélisle et dans le Glossaire du parler français au Canada.

Bâtiments municipaux

  1. Bibliothèque Simonne-Monet-Chartrand
  2. Ce nom évoque le souvenir de Simonne Monet-Chartrand (Montréal , 1919-Montréal 1993), animatrice sociale et journaliste. Après un brevet d’enseignement et un diplôme de lettre et science, elle collabore à divers périodiques tels Paysana, L’École des parents, Le Canada français et le Journal de la fédération des femmes. Elle participe à diverses commissions d’enquête et comités. En 1961, elle collabore à la fondation de La Voix des femmes du Québec et, en 1966, à celle de la Fédération des femmes du Québec. Elle a de plus publié son autobiographie Ma vie comme une rivière (1981-1988) et un essai L’espoir et le défi de la paix (1988).
  3. Centre communautaire Amédée-Ostiguy
  4. Amédée Ostiguy a été maire de Richelieu de 1957 à 1961.
  5. Caserne Ange-Aimé Villeneuve
  6. Entré au service de protection contre les incendies de Richelieu en 1972, Ange-Aimé Villeneuve en a été le directeur adjoint de 1978 à 1988. Il occupera ensuite le poste de directeur du service, entre 1988 et 1991, avant de redevenir directeur adjoint. Il occupera ce poste jusqu’en 2011. Ange-Aimé Villeneuve est toujours à l’emploi de la Ville de Richelieu, au service des travaux publics.

Liste des maires

AVANT la fusion municipale en mars 2000
Richelieu Notre-Dame-de-Bon-Secours
Henri Edmond Massé 1872-1879 Sabin Archambault 1869-1872
Sabin Archambault 1879-1881 Samuel Bessette 1872
Charles Martel 1881-1882 Ambroise Vigeant 1873
Thomas Ward 1882-1887 Joseph Tétreault 1873-1874
Napoléon Massé 1887-1892 Pierre Théberge 1874-1877
Antoine Riendeau 1892-1895 Eusèbe Rainville 1877-1878
Raphaël Barré 1895-1898 Pierre Théberge 1878-1884
Charles Lajeunesse 1898-1901 Raphaël Barré 1884-1885
Auguste Johnson 1901-1905 P.N. Vigeant 1885-1887
Charles Choquette 1905-1906 Jonas Théberge 1887-1889
Théodore Barrière 1906-1912 Ludger Bessette 1889-1891
Auguste Johnson 1912-1917 Joseph Ostiguy 1891-1893
Aldéric Trudeau 1917-1927 Alphonse Daigneault 1893-1900
Henri Pascal Panet 1927-1930 Ludger Bessette 1900-1902
Joseph Blain 1930-1932 Alfred Larivière 1902-1903
Philias Lussier 1932-1935 Edmond Lareau 1903-1904
Henri P. Panet Janv./avril 1935 Joseph Théberge 1904-1909
Antoine Beaudry 1935-1937 Alcibias Tétreault 1909-1914
Jean-Baptiste Moquin 1937-1941 Joseph Quintal 1914-1916
Amédée Nadeau 1941-1945 Arthur Daigneault 1916-1918
J.Pierre Ostiguy 1945-1957 J.E. Lareau 1918-1921
Amédée Ostiguy 1957-1961 Jonas Théberge 1921-1925
Adrien Frenière 1962-1963 Wilfrid Loiselle 1925-1930
Roméo Caillé 1963-1964 Florida Bessette 1930-1937
J. André Gaudreault 1964-1975 Alfred Larivière 1937-1945
Pierre Lareau 1975-1989 Wilfrid Séguin 1945-1948
Daniel Poulin 1989-1993 Arthur Bessette 1948-1950
Robert Ostiguy 1993-1994 Jean Lareau 1950-1957
Raymond Guertin 1995-2000 Roméo Bessette 1957-1959
. . Lionel Dubuc 1959-1963
. . Jean Lareau 1964-1967
. . Rouville Tessier 1967-1973
. . Maurice Tétreault 1973-1975
. . Rouville Tessier 1975-1981
. . René Bisonnette 1981-1983
. . Jean-Guy Langlois 1984-1993
. . Nicole Millette 1993-1995
. . Réjean Bessette 1995-mars 2000
. . . .
Fusion municipale en mars 2000
Ville de Richelieu
Raymond Guertin Mars 2000 –2005
Jacques Ladouceur 2005 à ce jour

Société d’histoire de la seigneurie de Chambly

Site Internet : www.societehistoirechambly.org