Patrouille de sensibilisation pour la protection du chevalier cuivré

10 juillet 2017

CHEVALIER_CUIVRÉLe Comité de concertation et de valorisation de la rivière Richelieu (COVABAR) est heureux d’annoncer, encore cette année, la réalisation d’activités de sensibilisation au refuge faunique Pierre-Étienne-Fortin et aux îles Jeannotte et aux Cerfs afin de protéger le chevalier cuivré et d’autres espèces de poisson en péril.
La rivière Richelieu, source d’eau potable des villes établies en bordure de ses rives, est un écosystème aquatique riche. Cependant, certaines espèces présentes dans la rivière sont menacées d’extinction. L’une des mesures adoptées visant la protection des espèces de poisson en péril fut la création, en 2002, du refuge faunique Pierre-Étienne-Fortin, lequel est délimité par plusieurs bouées blanches dans les rapides au pied du Fort de Chambly. L’une des espèces visées par la création du refuge est le chevalier cuivré, poisson que l’on retrouve uniquement dans la rivière Richelieu et quelques tronçons du fleuve Saint-Laurent. La population actuelle est estimée à seulement quelques milliers d’individus, le nombre de géniteurs est faible et ceux-ci sont vieillissants. Le site des rapides de Chambly est la plus importante frayère connue du chevalier cuivré.
Depuis le 18 juin, une équipe du COVABAR patrouille aux abords du refuge Pierre-Étienne-Fortin afin d’informer les pêcheurs et plaisanciers sur la réglementation en vigueur dans le refuge faunique, les espèces à statut précaires dans la rivière Richelieu et les bonnes pratiques de pêche. Rappelons que la réglementation du refuge interdit toute modification de son milieu en tout temps. Il est ainsi interdit, par exemple, de marcher dans le refuge, de faucher la végétation ou de déplacer les roches du fond. De plus, toutes les activités (navigation en bateau, pêche et baignade) sont interdites à l’intérieur des secteurs B et C du refuge entre le 20 juin et le 20 juillet, puisque ce moment correspond à la période de frai du chevalier cuivré. Cette mesure vise la protection des géniteurs et limiter le piétinement des oeufs. Plus de 150 personnes sont prises en infraction dans le refuge chaque année.
Par ailleurs, du 24 juillet au 7 août prochain, le COVABAR patrouillera autour des îles Jeannotte et aux Cerfs afin de sensibiliser les pêcheurs et plaisanciers aux impacts de l’ancrage et des vagues produites par les embarcations à moteur sur les herbiers aquatiques de ces îles. Ces derniers constituent un écosystème fragile qui offre un habitat et une aire d’alimentation aux espèces de poisson en péril, notamment le chevalier cuivré, le chevalier de rivière, le fouille-roche gris, le dard de sable et le méné d’herbe. Il est important de rappeler que ces îles sont propriétés de Conservation de la Nature Canada et du ministère de la Faune du Québec. L’accès y est donc formellement interdit en tout temps.
Finalement, le COVABAR vous invite à réduire votre vitesse à proximité des berges, particulièrement aux îles Jeannotte et aux Cerfs, afin de diminuer au maximum les effets de l’érosion sur les rives par les vagues. De plus, il est important de rappeler à tous les pêcheurs que les chevaliers et les meuniers doivent obligatoirement être remis à l’eau morts ou vivants. Les citoyens peuvent signaler une atteinte à un habitat faunique ou tout acte de braconnage en communiquant en tout temps avec S.O.S. Braconnage au 1-800-463-2191.
Pour de plus amples renseignements sur ce projet ou pour toute autre information, vous pouvez communiquer avec le COVABAR par téléphone au 450-446-8030 ou par courriel à vincent.coutu@covabar.qc.ca